Appel de Washington pour l’accès aux diagnostics, aux traitements et à la prise en charge de l’hépatite C pour tous !

Durant la dernière décennie, le prix des médicaments contre le VIH a baissé drastiquement et l’accès aux thérapies antirétrovirales s’est accru significativement. Il est temps d’appliquer les leçons de la lutte contre le VIH/sida à celle contre le virus de l’hépatite C (VHC). On estime à 170 millions le nombre de personnes atteintes d’hépatite C chronique. Tous les ans, au moins 350 000 d’entre elles en meurent alors que cette maladie est guérissable. L’accès aux outils de prévention et de diagnostics, ainsi qu’aux traitements reste extrêmement limité et plus particulièrement pour les usagers de drogues par voie injectable, un groupe pourtant affecté de manière disproportionnée par le VHC.

Aussi, à l’occasion de la 19e conférence internationale sur le sida à Washington, aux Etats-Unis, et à la veille de la journée mondiale des hépatites, les associations communautaires de la société civile et les ONG - signataires de cet appel, ont formé une coalition internationale visant l’accès universel aux dépistages volontaires et aux traitements.

Nous appelons :

  • Les firmes pharmaceutiques — et notamment Roche et Merck — a baissé drastiquement les prix des outils diagnostics et des traitements pour les 170 millions d’individus souffrant d’hépatites C chronique et tout particulièrement ceux co-infectés par le VIH.
  • Les dirigeants politiques à mobiliser les ressources adéquates nécessaires maintenant et à l’avenir — en prévision des nouvelles molécules anti-VHC — pour diagnostiquer, surveiller et traiter les populations à forte prévalence, comme les personnes vivant avec le VIH/sida et les usagers de drogues par voie injectable. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et autres organismes compétents des Nations Unies (ONU) à élaborer des recommandations pour le traitement du VHC chez les personnes co-infectées et mono-infectées vivant dans les pays à revenu faible et intermédiaire, et à développer un processus de pré-qualification pour les médicaments biosimilaires afin de faciliter l’accès à l’interféron pégylé.
  • Les chercheurs à recueillir et à fournir les preuves sur la faisabilité et l’efficacité des traitements dans les pays à revenu faible et intermédiaire, en ciblant notamment les populations touchées de manière disproportionnée, en particulier usagers de drogues par voie injectable ?
  • Les bailleurs de fonds internationaux à soutenir la mobilisation communautaire, l’éducation et la préparation au traitement, ainsi que le coût des traitements, qui sont cruciaux pour l’accès au traitement.

Les traitements sauvent des vies, un accès pour tous !

Signez


118 signataires